Autour de l'audiovisuel·Dossiers·Les femmes coréennes dans la production audiovisuelle

Exposition : Keeping the Vision Alive

Korean Film Archive, c’est-à-dire Les archives du film coréen, est une organisation fondée à Séoul en 1974. Elle a pour but de collecter, préserver et classer les films et documents liés au cinéma coréen ainsi que de favoriser l’accessibilité à ses collections. Son centre principal se situe dans le quartier de Sangam-dong à Séoul où on peut trouver une cinémathèque, un musée du film coréen et une bibliothèque de référence. L’organisme préserve les films en les numérisant et édite aussi en DVD quelques films classiques. Il dispose d’une base de données en ligne (Korean Movie Database) et d’un service de streaming gratuit (Channel Youtube).

Le musée de Korean Film Archive a organisé plusieurs expositions dont une dédiée aux précurseuses du cinéma en 2018. Elle présente six réalisatrices : Park Nam Ok, Hong Eun Won, Choi Eun Hee, Hwang Hye Mi, Lim Mi Rye et Yim Soon Rye. J’ai personnellement choisi d’exclure les deux dernières de cette série d’articles car elles sont plus jeunes que les précédentes (une trentaine d’années de différence), n’ont pas réalisé de films à la même époque et dans les mêmes conditions. Cependant, je vous les présenterai à un moment donné dans ce projet.

Je suis impatiente de voir que nos femmes dans le cinéma coréen vont produire de meilleures œuvres et avancer dans le monde. C’est pourquoi j’aimerais vivre encore un jour de plus. – Park Nam Ok

Park Nam Ok est la pionnière dans l’industrie cinématographique, ayant supervisé toutes les tâches de son film tout en élevant son enfant sur le tournage. Hong Eun Won présentait différents talents et Choi Eun Hee était une actrice populaire mais elles ont toutes les deux réalisé des films, devenant respectivement la deuxième et troisième réalisatrices sud-coréennes. Elles communiquaient entre elles et ont même parfois travaillé sur les mêmes films. Hwang Hye Mi est devenue la quatrième réalisatrice en présentant un travail plus expérimental.

Cette exposition intitulée « Keeping the Vision Alive » est destinée à mettre en lumière les réalisatrices dans le cinéma coréen, qui ont jusqu’à présent été traitées trop légèrement alors qu’elles ont montré une forte détermination pour réaliser leurs films. C’était une période excessivement difficile, de sorte qu’elles n’ont parfois pas eu d’autre choix que d’abandonner. Malgré cela, elles ont continué à faire du cinéma et à le vivre.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’exposition était séparée en six espaces distincts. Le premier présentait les événements importants de la vie de chaque réalisatrice à travers une ligne du temps et dans le deuxième, un espace individuel leur était dédié mettant en scène des photographies personnelles, des images des lieux de tournage, des vidéos, des scénarios, des collections personnelles, etc. Une troisième partie présentait le rôle de différentes femmes dans le cinéma coréen (réalisation, montage, jeu). Une quatrième montrait les posters et les journaux faisant de la publicité pour leurs films. Un cinquième espace permettait aux visiteurs de consulter des livres ou de laisser un message. Une dernière partie exposait les films A Widow, A Lady Judge et Keeping the Vision Alive.

J’ai sélectionné quelques informations et images de l’article présentant l’exposition, n’hésitez pas à le consulter pour obtenir plus d’informations. J’espère que cette série d’articles vous a plu et vous a permis de découvrir plein de choses sur ces précurseuses.

Dossiers·Les femmes coréennes dans la production audiovisuelle

Annonce : Les femmes coréennes dans la production audiovisuelle

Le questionnement sur l’image et la place de la femme dans la société est un sujet qui m’intéresse. Le fait de voir des femmes fortes à l’écran me passionne, ce n’est pas pour rien que le tag « Strong female lead » est en tête de mes statistiques mydramalist. Cependant, il est regrettable de voir qu’il y a un manque de représentations féminines à l’écran, notamment au cinéma. Le projet a ainsi pris forme doucement : parler des femmes à l’écran. Il ne restait plus qu’à restreindre un peu plus ce vaste sujet même si je parlerai de plein de choses différentes tout au long de l’année. C’est en faisant des recherches que j’ai décidé d’axer ce projet sur les réalisatrices sud-coréennes.

Le nombre de femmes dans l’industrie cinématographique a augmenté depuis quelques décennies. Toutefois, les rôles de producteur, réalisateur ou scénariste sont pour la plupart confiés à des hommes. D’après une étude britannique réalisée par la British Film Association (BFI)1, c’est la même chose en ce qui concerne les coordinateurs de cascades, les compositeurs, les directeurs de son et les directeurs de photographie. Les seuls métiers où les femmes sont plus nombreuses que les hommes sont les directeurs de casting et les costumiers. Le manque de représentation des femmes se vérifie aussi pour les acteurs puisque la proportion de personnages féminins est d’un tiers par rapport aux masculins.

Cho Hye Young, la programmatrice du Seoul International Women’s Film Festival, a présenté des données montrant les inégalités des hommes et des femmes dans l’industrie cinématographique.2 La proportion d’œuvres créées par des réalisatrices est très basse en Corée du Sud. Seulement 10.67% en 2011, 9.14% en 2012, 7.1% en 2013, 7.37% en 2014, 5.17% en 2015 et 11.6% en 2016 sont des films réalisés par des femmes. Les nombres sont inférieurs à 10% pendant plusieurs années. Par ailleurs, il est important de donner des rôles décisifs à des femmes.

Les réalisatrices et productrices sont beaucoup plus susceptibles de parler des femmes et elles sont plus susceptibles d’embaucher du personnel féminin. – Cho Hye Young

Il y a si peu de femmes dans la production audiovisuelle pour diverses raisons : la majorité des principaux décideurs sont des hommes, l’industrie est à prédominance masculine, les femmes avaient tendance à interrompre leur carrière en raison du mariage et des soins aux enfants, la tendance des femmes à être sous-estimées… Les réalisatrices n’ont pas assez d’opportunités et cela devient un cercle vicieux puisqu’elles sont sous-représentées. L’image des réalisateurs est ainsi solidement établie et les experts de l’industrie préjugent que les hommes sont mieux adaptés que les femmes pour remplir ces positions.

L’égalité des sexes est une notion fondamentale aujourd’hui mais il n’est pas facile pour un climat social discriminatoire à l’égard des femmes de changer du jour au lendemain.3 Il est donc important de donner des rôles clefs à des femmes. L’absence de productrices, réalisatrices, scénaristes, etc. fait disparaître les histoires de femmes.

A travers ce projet, je veux donc faire entendre la voix des femmes. Je m’intéresserai principalement aux réalisatrices sud-coréennes car elles sont bien trop peu nombreuses et je voulais les mettre en valeur. Cependant, je vous parlerai aussi d’actrices ou de rôles féminins. Elles seront abordées à travers divers thèmes dans des articles de présentation, des avis de films et de dramas, des classements et des billets plus généraux comme celui-ci. Par ailleurs, des visionnages communs sur un film ou un drama seront proposés à quelques moments dans l’année. Ils seront annoncés en même temps que le thème du mois.

Un thème devrait durer un mois, peut-être deux s’il est vaste. Il n’y a pas de moyenne d’articles par thème, car ceux-ci sont très différents et offrent diverses possibilités. J’aimerais toutefois écrire un minimum de quatre articles par sujet. Je veux avoir un mois d’avance avant d’attaquer un nouveau thème donc peut-être que des pauses seront prises dans l’année. Idéalement, le premier thème sera donc annoncé pour le mois de février.

Je réfléchis à ce projet depuis octobre car il m’a demandé beaucoup de recherches préliminaires. Il me tient beaucoup à coeur et j’espère qu’il vous plaira et que vous découvrirez plein de belles productions. Je tenais aussi à remercier Mila qui me soutient depuis le début et que je martèle de messages. ♥

Sources (articles coréens) :
[1] L’industrie cinématographique britannique est également centrée sur les hommes sur womennews.co.kr
[2] L’inégalité hommes/femmes dans l’industrie cinématographique sur nocutnews.co.kr
[3] Comment obtenir un film féminin avec une voix féminine ? sur womennews.co.kr