Avis·Films·Les femmes coréennes dans la production audiovisuelle

[K-Movie] Pragma

Pragma poster
Pragma

Titre original: 프라그마
Pays: Corée du Sud
Genres: Drame romantique
Durée: 16 minutes
Sortie: 2014
Réalisatrice: Park Ji Hyun
Scénariste: Park Ji Hyun
Casting principal: Lee You Min (Yoo Hee), Cho Yun Ju (Joo Yeon)

Pragma est un court-métrage de Park Ji Hyun. D’une durée de 16 minutes, il propose une histoire d’amour entre deux jeunes femmes tout en montrant le rejet de la société auquel elles sont confrontées. Yoo Hee et Joo Yeon sont tombées amoureuses alors qu’elles étaient lycéennes. Elles sont vues souriantes, se retrouvant à l’intercours pour passer un peu de temps ensemble. Ce bonheur n’est que de courte durée puisque circule parmi les élèves un questionnaire de l’établissement leur demandant de dénoncer les élèves homosexuels. Je ne vous décris pas le choc que j’ai eu et la colère ressentie lorsque j’ai vu le gros plan sur ce document avec les traduction des premières questions. Cet effarement est partagé par nos deux héroïnes mais elles sont trop jeunes pour pouvoir résister. Joo Yeon essaye de convaincre sa petite-amie de ne pas s’inquiéter des propos de leurs professeurs mais Yoo Hee ne peut pas passer outre. Elle rompt alors avec Joo Yeon avant que sa famille ne soit prévenue et qu’elles soient toutes les deux exclues du lycée.

Yoo Hee et Joo Yeon se rencontrent par hasard quelques années plus tard. Elles retrouvent rapidement leur complicité d’antan. Yoo Hee a un petit-ami mais n’apprécie guère les marques d’affection de celui-ci. Elle essaye d’avoir une relation considérée comme normale mais ce n’est pas elle. Elle peut se montrer telle qu’elle est avec Joo Yeon. Toutes les deux sont adorables ensemble et échangent de nombreux baisers avec plaisir. Yoo Hee fait tout de même attention à son environnement comme le prouvent les nombreux regards qu’elle jette autour d’elle avant d’embrasser Joo Yeon. Elle a été blessée par ce qui s’est passé lorsqu’elle était adolescente et elle n’a pas oublié le jugement des autres. Elle devra ainsi choisir entre son petit-ami et la promesse d’une vie plus simple ou Joo Yeon et un avenir plus radieux.

Ce film est très court et propose une histoire peu approfondie. Il montre cependant une jolie histoire d’amour et permet d’aborder l’homosexualité en Corée du Sud. A l’école, les jeunes filles ne peuvent rivaliser face à la pression exercée sur elles. Une fois adultes, elles ont la liberté de choisir mais la situation n’est pas forcément plus simple puisque le poids de la société est toujours là. En grec, « pragma » signifie « un fait accompli ou en train d’être accompli » ou « ce qui existe ». Il est difficile d’analyser les intentions de la réalisatrice derrière ce titre. Je pense qu’elle souhaitait montrer que le passé de Yoo Hee et Joo Yeon existe et qu’il ne peut être effacé malgré ce qu’elles ressentent ou tout ce que les autres peuvent dire ou faire. La réalisatrice appuie le regard avec des gros plans sur des petits gestes : manger un chocolat, se tenir la main, etc. pour insister sur des moments simples mais importants. Il suffit de voir l’affiche du film. Pragma est certes trop bref mais il raconte une jolie romance lesbienne tout en critiquant le manque d’acceptation des homosexuels par la société. En 16 minutes, c’est plutôt pas mal.

Ressenti : ★★★☆☆

Si cet article vous plaît, vous pouvez me soutenir sur Tipeee.

Les femmes coréennes dans la production audiovisuelle·Listes

[Liste] Des films lesbiens

Voici une liste non exhaustive de films réalisés par des femmes portant à l’écran des romances homosexuelles féminines ou des personnages bisexuels/lesbiens. J’indique une notation étoilée pour les productions que j’ai vues ainsi qu’un lien vers celles critiquées sur le blog.

Longs-métrages

Ces films présentent des histoires différentes, allant du drame au thriller. Ils possèdent tous des castings de qualité.

  • A girl at my door (도희야) de July Jung (2014) – 119 minutes ★★★★★ [Avis à venir]
  • Moon Young (문영) de Kim So Yeon (2017) – 64 minutes ★★★ [Avis]
  • Our love story (연애담) de Lee Hyun Joo (2016) – 99 minutes ★★★ [Avis]
Courts-métrages

Ces films sont des petites productions, souvent indépendantes. Plusieurs des films ne disposent ainsi pas d’affiche. Quelques courts-métrages sont disponibles légalement mais la plupart sont difficilement trouvables.

  • Alice: crack of season (앨리스 – 계절의 틈) de Chae Ga Hee (2016) – 19 minutes ★★★ [Avis]
  • An algorithm (어떤 알고리즘) de Min Mi Hong (2017) – 40 minutes
  • Are we really done? (우리 정말 헤어졌을까) de Kim Eun Ji (2017) – 10 minutes
  • Boss in love (차장님은 연애중) de Ahn Ji Hee (2018) – 16 minutes
  • Chanlna: enough time to fall in love (찰나: 사랑에 빠지기 충분한 시간) de Soo Not Sue (2018) – 15 minutes
  • Cross your fingers (크로스유어핑거스) de Jang Yoon Joo (2011) – 16 minutes
  • Daymoon (데이문) de Han Sang Hee (2013) – 17 minutes
  • Distance de Lee Hyun Joo (2010) – 19 minutes
  • Five steps to accept farewell (이별을 받아들이는 다섯 단계) de Lee Ye Joo (2016) – 9 minutes
  • Floating deep down summer (여름바다에 뜨는 가벼운 것들) de Choi Hye Rin (2019) – 22 minutes
  • How to ruin housewarming party (즐거운 집들이) de Ahn Ji Hee (2020) – 35 minutes
  • Love does human (사람 하는 사랑) de Seon Jang (2019) – 24 minutes ★★★
  • Marry me (우리 결혼해요) de Lee Hyun Joo (2017) – 18 minutes
  • Miss Yeon (그리울 연) de Choi Ji Won (2017) – 15 minutes
  • Momo (모모) de Jang Yoon Joo (2016) – 16 minutes ★★★ [Avis]
  • On air (온 에어) de Kim Joo Hee (2018) – 19 minutes
  • Ordinary family (바캉스) de Lee Hyun Joo (2010) – 19 minutes ★★★ [Avis]
  • Perfect one-night stand (완벽한 원나잇) de Ahn Ji Hee (2020) – 21 minutes
  • Pragma (프라그마) de Park Ji Hyun (2014) – 16 minutes ★★★ [Avis]
  • Sui (수이) de Lee Ji Yeon (2019) – 27 minutes
  • The villain who I love (내가 사랑하는 악당) de Bae Woo Ri (2017) – 22 minutes

Si cet article vous plaît, vous pouvez me soutenir sur Tipeee.

Sorties de la semaine

[K-Drama] 2021 – Semaine 11

Plusieurs dramas spéciaux sortent la semaine prochaine. Toutes les équipes techniques sont débutantes, je suis donc curieuse de découvrir leur première production ! Tous les dramas sont dans ma wish mais comme je ne regarde pas grand chose en ce moment, j’espère trouver le temps pour Off the course.

Off the course

OffTheCourse-poster
Off the course

Diffusion : Lundi & Mardi (15 mars 2021 – 16 mars 2021)
Chaîne : jTBC
Épisodes & durée : 2 épisodes x 60 minutes
Scénario : Dans cette comédie, Kang Soo Ji (Nam Ji Hyun) et sa mère (Park Ji Young) poursuivent le fiancé de la première qui s’est enfui le jour de leur mariage.
Équipe technique : Choi Yi So à l’écriture et Jang Ji Yeon à la réalisation
Attentes : Cette comédie suivant un duo mère-fille me tente beaucoup par cet aspect.

Deok Gu is back

DeokGuIsBack-poster
Deok Gu is back

Diffusion : Mardi (15 mars 2021)
Chaîne : tvN
Épisodes & durée : 1 épisode x 60 minutes
Scénario & casting : Deok Gu (Yang Kyung Won) est de retour cinq ans après avoir disparu. Les membres de sa famille veulent continuer de prétendre qu’il est mort en raison de l’argent de l’assurance.
Équipe technique : Kim Hae Nok à l’écriture et Heo Seok Won à la réalisation
Attentes : Je ne sais pas si ce drama va jouer la carte de la comédie ou du drame… mais le résultat peut être intéressant dans les deux cas.

Park Seong Shil’s industrial revolution

Park Seong Shil's Industrial Revolution poster
Park Seong Shil’s industrial revolution

Diffusion : Mercredi (16 mars 2021)
Chaîne : tvN
Épisodes & durée : 1 épisode x 60 minutes
Scénario & casting : Park Seong Shil (Shin Dong Mi), une conseillère de centre d’appels, lutte pour protéger les emplois des nouveaux conseillers d’intelligence artificielle.
Équipe technique :  Song Young Joon à l’écriture et Park Ji Hyun à la réalisation
Attentes : Le sujet du drama me tente particulièrement et puis trois femmes sur le poster me suffit !

Attention hog

AttentionHog-poster
Attention hog

Diffusion : Jeudi (17 mars 2021)
Chaîne : tvN
Épisodes & durée : 1 épisode x 60 minutes
Scénario & casting : Une influenceuse devenue célèbre (Ahn So Hee) ment qu’elle est riche. Elle est alors kidnappée par un meurtrier (Kwak Dong Yeon).
Équipe technique : Lee Bom à l’écriture et Lee Ye Rim à la réalisation
Attentes : Je regarde peu de comédies noires mais cet épisode particulier a l’air intéressant.

Et toi, vas-tu commencer ces dramas ?

Avis·Films·Les femmes coréennes dans la production audiovisuelle

[K-Movie] Moon Young

MoonYoung-poster
Moon Young

Titre original: 문영
Pays: Corée du Sud
Genre: Drame
Durée: 43 minutes (festival) / 64 minutes (cinéma)
Sortie: 15 Novembre 2015 (festival) / 12 Janvier 2017 (cinéma)
Réalisatrice: Kim So Yeon
Scénariste: Kim So Yeon
Compositeur: K.AFKA
Directeur de la photographie: Jung Young Sam
Sociétés de distribution: KT&G Sangsangmandang
Casting principal: Kim Tae Ri (Kim Moon Young), Jung Hyun (Jang Hee Soo), Park Wan Kyu (père de Moon Young), Park Jung Sik (Kwon Hyuk Chul)

Le tournage de Moon Young a eu lieu en février 2013 pour une sortie du court-métrage le 27 novembre 2015 lors du festival du film indépendant de Séoul. D’une durée de 43 minutes, le film a été prolongé jusqu’à 64 minutes pour sa sortie en salle le 12 janvier 2017. Sur un temps si court, ces 20 minutes semblent très longues. J’ai pour ma part regardé la version cinématographique et je suis curieuse de savoir quelles scènes ont été rajoutées. En effet, aucune ne m’a semblé inutile. Si le film est plutôt silencieux et contemplatif, toutes les scènes ont leur importance.

Kim Moon Young est une jeune fille muette de 18 ans. La caméra toujours à la main, elle filme sans cesse ce qui se passe autour d’elle. Elle regarde la vie par cette caméra plutôt que de la vivre. Elle passe ainsi beaucoup de temps dans le métro à filmer le visage de nombreux inconnus. Elle s’attarde surtout sur ceux des femmes d’âge moyen. Il devient alors évident qu’elle est à la recherche de sa mère qui l’a abandonnée quand elle était petite. Élevée par son père alcoolique, elle ne communique absolument pas avec lui. Il semble d’ailleurs ne savoir que l’insulter. Moon Young protège son intimité plus qu’elle ne se protège de lui en cadenassant la porte de sa chambre. Elle le considère plus comme quelqu’un de pathétique qu’effrayant. Elle se protège aussi des autres en vivant repliée sur elle-même. Elle passe son temps à dormir sur sa table d’école et semble ne porter aucun intérêt à ses camarades. Celles-ci ne s’approchent d’ailleurs pas vraiment d’elle même si elle ne semble pas harcelée ou rejetée. Moon Young a un visage fermé qui empêche les autres de s’approcher. De plus, elle a souvent la capuche relevée sur sa tête ce qui la cache.

Une rencontre va cependant changer la vie de Moon Young. Un soir, elle est le témoin de la rupture d’une jeune femme et de son petit-ami. Elle filme la scène mais se fait surprendre par la femme en pleurs, Jang Hee Soo. Agée de 28 ans, cette dernière est très expansive. Absolument pas gênée d’avoir été filmée à son insu, elle souhaite cependant récupérer la vidéo. Moon Young est très réticente à la lui donner mais elle n’a pas d’autres choix que d’obtempérer. Les deux jeunes femmes commencent alors à se rapprocher.

Moon Young se retrouve entraînée par Hee Soo par la force des choses. Très opposées l’une de l’autre, elles apprennent à se connaître en passant du temps ensemble et deviennent alors des amies. Elles profitent d’instants simples tout en se dévoilant l’une à l’autre. Si Hee Soo ne cache pas grand chose d’elle, que ce soit sa relation de presque dix ans avec son ex-petit-ami, ses erreurs comme de l’avoir trompé avec une femme ; Moon Young est au contraire bien plus réservée. Elle finira cependant par raconter son histoire et ses sentiments.

Hee Soo devient pour Moon Young une personne spéciale. Elle n’a personne à ses côtés alors elle devient vite dépendante d’elle. Elle est même jalouse de ses anciens partenaires qui sont toujours importants pour Hee Soo. Leur relation n’est pas qualifiée, qu’elle soit amoureuse ou amicale. Le statut est ainsi un peu flou. Le plus important est que Moon Young a finalement trouvé une personne qui se soucie d’elle et qui lui permettra de s’affranchir de son passé pour enfin se tourner vers l’avenir.

Moon Young rejoint une longue lignée de films racontant le passage à l’âge adulte d’adolescents. Cependant, celui-ci s’intéresse plutôt au réveil de sa protagoniste. En étant confrontée au monde par Hee Soo, Moon Young est obligée de participer. Elle doit ainsi admettre qu’elle a besoin des autres, même s’ils sont aussi cassés qu’elle.

La palette de couleurs utilisée pour Moon Young est plutôt sombre, avec de nombreuses scènes de nuit et des décors dans les tons de gris (vêtements, habitations…). L’atmosphère du film n’est cependant pas aussi morne qu’annoncée. Les réactions agressives de Moon Young, la volubilité de Hee Soo, quelques touches de couleur, etc., apportent de la vivacité. Les moments de complicité partagés entre Moon Young et Hee Soo donnent aussi lieu à de jolies scènes. J’ai beaucoup aimé leur dernière scène ensemble, faite de silences et de sourires. Si je n’apprécie habituellement guère les mouvements de caméra secouée, ceux-ci prennent vraiment part à l’histoire puisqu’il s’agit de ceux de Moon Young qui filme le monde qu’elle voit. J’ai aussi beaucoup aimé la bande-sonore. La musique est douce et accompagne parfaitement l’image, donnant souvent lieu à un rendu mélancolique. Il y a aussi beaucoup de silence autour de Moon Young, du fait de son handicap tout autant que de son repli sur elle-même. Cependant, le bruit n’est jamais loin, celui de la ville et de son métro, et surtout celui de Hee Soo qui ne saurait se taire. Moon Young peut participer à ce monde.

Ressenti : ★★★☆☆

Si cet article vous plaît, vous pouvez me soutenir sur Tipeee.

Les femmes coréennes dans la production audiovisuelle·Réalisateurs & Réalisatrices

[K-Director] Kim So Yeon

real_kimsoyeon

Nom : 이김소연 / Kim So Yeon
Pays : Corée du Sud

Kim So Yeon est née en Corée du Sud. Elle a réalisé deux courts-métrages : Close to you (2008) et Hi, beggars (2010). Dans le premier, Young Min qui n’a jamais pu oublier son premier amour, Byeong Cheol, continue son amour secret et traque cette personne. Dans le second, une femme qui se cache dans une boutique d’antiquités discute avec un homme qui ressemble à un mendiant. Le court-métrage a gagné un prix au festival international du court-métrage de Busan.

Elle a réalisé en 2015 un long-métrage de 64 minutes : Moon Young. L’héroïne muette, interprétée par Kim Tae Ri, rencontre une jeune femme qui vient de rompre avec son petit-ami. Les deux femmes se rapprochent.

Filmographie :

  • 문영 – Moon Young (2015)
  • 너는 거지란다 – Hi, beggars (2010)
  • 너에게 가까이 – Close to you (2008)

Sources :
Korean Film Council
Daum

Si cet article vous plaît, vous pouvez me soutenir sur Tipeee.