Avis·Films·Les femmes coréennes dans la production audiovisuelle

[K-Movie] Pluto

pluto-poster
Pluto

Titre original: 명왕성 / Myungwangsung
Pays: Corée du Sud
Genre: Thriller
Durée: 107 minutes
Sortie: 11 Juillet 2013
Réalisatrice: Shin Su Won
Scénariste: Shin Su Won
Producteur: LxFrancis Lim
Compositeur: Ryu Jae Ah
Directeur de la photographie: Yun Ji Un
Société de production: SH Film
Société de distribution: CJ Entertainment
Casting principal: Lee David (Kim Joon), Seong Joon (Yoo Jin), Kim Kkobbi (Jeong Soo Jin), Kim Kwon (Han Myeong Ho), Nam Tae Boo (Choi Bo Ram), Seon Joo Ah (Kang Mi Ra), Ryoo Kyeong Soo (Park Jeong Jae)

Comment vous parler de ce film ? Je ne m’attendais pas du tout à ce que j’allais voir. Je l’ai visionné il y a presque un mois au moment où je rédige ces lignes et j’ai encore une impression très vive de celui-ci. Son ambiance est très intense et aujourd’hui encore je réfléchis à son sens. Avant de débuter cet avis, commençons par un petit paquet d’alertes de déclencheurs (trigger warnings) : violences psychologiques et physiques, agressions sexuelles, strangulation, dépression, suicide, meurtre, harcèlement scolaire, cruauté animalière. Ah oui, ce film est loin d’être un conte de fées. Pourtant, je l’ai beaucoup apprécié notamment pour sa réalisation technique.

Le casting est impeccable. Je connais Sung Joon depuis des années, j’ai vu plus de la moitié de ses dramas où il incarne surtout un prétendant dans une comédie romantique (Lie to me, I need romance 3, Madame Antoine…). Le registre ne peut donc être plus différent. Je suis aussi familière de Lee David mais je l’ai surtout vu dans des rôles secondaires (Bring it on, ghost, Hotel del Luna). Il incarne ici le rôle titre et sa prestation est convaincante. J’ai aussi croisé quelques autres acteurs et actrices dans des rôles secondaires dans d’autres productions même si la plupart du casting était débutant à l’époque.

Pluto est un thriller psychologique qui amène à réfléchir sur le système scolaire coréen. Le titre coréen est 명왕성 (Myungwangsung), c’est-à-dire Pluton. Le nom français choisi à la sortie de ce film est Suneung qui est le nom de l’examen coréen pour l’admission aux universités. C’est un jour particulier où le pays entier est mobilisé. En effet, cet examen décide de l’avenir de chaque étudiant. Pour permettre son organisation dans des conditions optimales, les horaires des bureaux sont décalés et les policiers sont présents pour aider les étudiants à arriver à destination. Pendant l’examen de langue, les avions ne décollent ou n’atterrissent pas. Le résultat de cet examen peut décider de toute une vie. La pression subie par les élèves est écrasante. L’origine sociale est aussi déterminante puisque les parents payent de nombreux cours particuliers très chers à leur progéniture pour qu’elle puisse réussir.

Pluto-pic2

Shin Su Won, la scénariste et réalisatrice de ce film, est une ancienne enseignante. Elle a assisté à la destruction mentale des élèves qui sont soumis à cette compétition stressante. Lorsqu’elle marchait dans la rue, quelqu’un lui a parlé de l’éviction de Pluton du système solaire et elle y a vu un parallèle avec la vie des lycéens. [1] Le titre original est donc Pluto, du nom de cette planète qui n’en est plus une. Le personnage de Jun est totalement identifié à Pluton car comme cette ancienne planète exclue du système solaire car elle n’avait pas la bonne forme et était trop éloignée du Soleil, il est un marginal rejeté par les autres. Cette idée n’est pas seulement présente comme métaphore. Le héros est féru de sciences et d’astronomie. Il possède une lunette astronomique qui lui permet d’observer la Lune pour rédiger un rapport scientifique. Cette analyse de la Lune est évoquée à plusieurs reprises pour permettre d’arriver à un climax à la fin du film. Une éclipse solaire a lieu à un moment très important du film et lui confère un certain symbolisme. Une éclipse solaire se produit lorsque la Lune se place devant le Soleil, plongeant alors la Terre dans le noir. Ce noir, associé à cette scène étant à l’apogée du film, semble donner des valeurs mystiques. Je surinterprète peut-être certains éléments mais il est sûr que cette scène est particulière vu comment elle est filmée. Pour ma part, j’y ai vu le renoncement et le désespoir le plus complet. Même lorsque la lumière ressurgit, elle n’apporte pas de renouveau ou d’espoir.

When planets move they sing a song, but we can’t hear it unless we’re in a black hole.

Le message de Shin Su Won peut être difficile à comprendre. Au départ, elle voulait écrire un roman de science-fiction avant de changer d’avis pour un film. En regardant Pluto, elle souhaitait que le spectateur éprouve un sentiment de peur et que la société change. Même si le cinéma ne peut pas changer le monde, elle voulait que le spectateur prenne conscience de ce que ces enfants subissent, ayant grandi dans la plus dure des compétitions. Certains en sont devenus des monstres. [2]

Petit aparté : le système scolaire sud-coréen est souvent dénoncé dans de nombreux films et dramas en se focalisant sur la différence de classe sociale qui engendre une compétition féroce ainsi que sur la pression ressentie. Avec cette phrase de Shin Su Won sur les monstres, cela me fait notamment penser au personnage de Shin Seung Ho dans At eighteen. Il doit exceller, il ressent une pression énorme notamment par ses parents et commet des actes qui ne sont heureusement pas ceux de ce film. Je pense qu’on peut trouver un personnage de ce type dans beaucoup de productions sur le sujet…

Le film commence fort avec la lettre d’un étudiant s’étant suicidé suite au système scolaire sud-coréen l’oppressant. Cette dénonciation est poursuivie tout le long du film par son histoire. Cependant, le film n’est pas une critique sociale mais un thriller psychologique. A noter toutefois le générique de fin à l’opposé de l’ambiance du film avec des images d’archive illustrant le jour du Suneung. Après ce message écrit blanc sur noir, le film se poursuit par une succession de plans rapides de jeunes cagoulés chassant un lapin dans la neige et qui se mélangent à ceux de la poursuite d’un jeune homme finissant tué. Ces images sont filmées par un téléphone portable puisque ce sont les étudiants eux-mêmes qui se filment d’où l’effet saccadé.

Après ce début mystérieux, la police enquête sur Jun, l’ancien camarade de chambre de Yoo Jin, la victime. Le film revient alors dans le passé, Jun arrivant juste dans le lycée et faisant la connaissance de Yoo Jin. La narration se poursuit en alternant scènes du passé et du présent pour montrer comment Jun est devenu ce qu’il est aujourd’hui et pour arriver à la situation explosive du moment.

Pluto-pic1
Yoo Jin & Jun

Le personnage de Jun est basé sur des étudiants que Shin Su Won a eu. Au départ, l’éducation publique donnait aux étudiants des familles à faible revenu des chances égales. Mais maintenant, les étudiants ne peuvent entrer dans des universités prestigieuses que lorsqu’ils obtiennent des scores élevés en coréen, en anglais et en mathématiques. Elle a rencontré des étudiants qui étaient exceptionnels dans d’autres matières. L’un d’eux était doué informatique et le directeur lui avait demandé de vérifier et de réparer son ordinateur lorsqu’il était hors service. Mais la famille de l’élève était pauvre, la relation entre ses parents s’est détériorée et sa mère souffrait d’un problème mental. L’élève est donc devenu rebelle. Ces étudiants sont devenus le prototype du personnage appelé « Jun ». [3]

Jun est un lycéen passionné de sciences, intelligent et avec de bons résultats scolaires dans son ancien lycée. Lorsqu’il arrive dans ce nouvel établissement, il ne fait pas le poids par rapport aux autres élèves. Il n’a juste pas la chance d’avoir une famille aisée. Sa mère ne peut lui fournir les cours particuliers qu’il désire, rien que l’inscription dans cette école lui a coûté très cher. Il partage sa chambre avec Yoo Jin, le lycéen au sommet de l’établissement dont la place n’est jamais détrônée. Sa famille vit aux États-Unis et il n’a que peu de contact avec elle. Jun essaye d’améliorer ses notes et prend bientôt part à un groupe secret.

L’école regroupe dans une classe spéciale les dix étudiants les plus performants. Ce club d’élite bénéficie d’un  matériel haut niveau individuel et d’un enseignant spécialisé. Ce qui n’est pas le cas des autres étudiants dont le couvre-feu de 22 heures les oblige à étudier dans le couloir où est la seule lumière existante. La compétition est féroce. Le top 10 reste souvent le même mais quelques places peuvent varier changeant ainsi les membres. Toutes les notes des élèves sont montrées dans le hall de l’établissement donc tout le monde peut voir les places de chacun. Et Yoo Jin qui est toujours à la première place. Tous les étudiants visent l’université nationale de Séoul mais les places sont très chères. L’équipe éducative entretient ce climat compétitif et laisse passer  les problèmes pour ne pas ruiner la réputation de l’établissement.

Un groupe secret, constitué d’étudiants de ce top 10, dirigé par Yoo Jin, s’échange des notes de révision pour améliorer leurs résultats aux examens. Jun est bien décidé à en faire partie, quitte à se perdre. En effet, ce groupe n’est pas seulement un groupe de révisions. Appelé « Rabbit Hunt », les membres fondateurs brutalisent les personnes qui ne leur plaisent pas ou qui menacent de prendre leur place. Masqués, ils violentent d’autres étudiants. Ils contrôlent aussi les éventuels élèves qui rejoignent leur groupe. Ceux-ci n’ont pas une vraie place de membre dans ce groupe mais comme ils souhaitent obtenir de meilleurs résultats, ils font ce qui est attendu d’eux. Jun choisit ainsi cette voie et doit effectuer des tâches violentes. Plus les missions se succèdent et plus il participe volontairement. Il arrive ainsi à un tel extrême qu’il ne peut plus faire marche arrière.

Yoo Jin est le leader de ce groupe. De nature distante, il préside au sommet avec des motivations peu claires. Suite à un accident, il prend de moins en moins part aux activités du groupe et n’approuve pas les actions trop violentes. Les autres membres vont alors se rebeller contre lui, en partie parce qu’ils n’approuvent pas le fait qu’il refuse désormais de se venger. Et aussi parce qu’avec une personne en moins au sommet, surtout que Yoo Jin était le meilleur étudiant, cela fait une chance de plus pour entrer à l’université…

Pluto-pic5

Ce film est perturbant mais laisse une forte impression. Ce mélange de réalisme sur la vie lycéenne, d’enquête policière et de thriller psychologique questionne sur la nature humaine. Les actions de ces lycéens sont violentes mais ne m’ont pas semblée au final si éloignées de la réalité que ça. Cela est perturbant à écrire mais cela pourrait réellement arriver. Les membres du Rabbit Hunt, guidés par Yoo Jin, accomplissent des actes ignobles qu’ils ne regrettent pas. Ils en sont même fiers comme le prouve ce site web regroupant des vidéos de leurs actes. Si l’acte final de Jun est par contre extrême, il n’en demeure pas moins réaliste. Ses gestes s’expliquent tout le long du film avec la montée en puissance de sa détresse et de sa colère. La fin m’a laissée avec une sensation de vide et d’amertume.

La réalisation de ce film m’a impressionnée. Les prises de vue sont très variées et impactent différemment les diverses scènes. Je vous ai déjà parlé de l’ouverture du film mais je n’avais pas mentionné le rapprochement de l’oeil de la victime mettant en scène un court voyage dans l’espace. Celui-ci est aperçu plusieurs fois lorsque les adolescents tentent d’accéder à ce ressenti, celui où ils peuvent écouter le chant des planètes alors que la vie s’échappe de leur corps, en s’étranglant par eux-mêmes ou en étranglant un camarade. Des plans particuliers m’ont aussi marquée, notamment des prises aériennes des murs du lycée donnant sur une cour intérieure où l’on peut voir les murs se resserrer autour des personnages. Ils tentent d’accéder à un autre futur mais ils sont enfermés dans leur classe sociale et ne peuvent en sortir. Ce rêve d’échappatoire s’illustre notamment par la vision de Pluton qui ouvre de nouvelles perspectives. Cependant, toutes les tentatives de Jun échouent. Au final, le film se clôt dans un espace soutterrain où la faible lumière du Soleil disparaît complètement lors d’une éclipse. L’écran est noir, seul le bruit fait écho au silence pour nous expliquer ce qu’il s’est passé.

Ressenti : ★★★★☆

Trailer :

Sources :
[1] Interview de East Asia
[2] Interview de Allons au cinéma avec Tommy
[3] Interview de KoBiz