Dramas·k-drama [Corée du Sud]

[Avis global] Diary of a prosecutor

Diary-of-a-Prosecutor-poster1
Diary of a Prosecutor

Titre original: 검사내전 / Geomsanaejeon
Titres alternatifs: War of Prosecutors, Inside Stories of Prosecutors, Civil War Inspection
Réalisateur: Lee Tae Gon
Scénaristes: Park Yun Sun, Lee Hyun, Seo Ja Yun
D’après un roman de Kim Woong
Genres: Légal, Tranche de vie
Épisodes: 16 – 60 minutes
Chaîne: JTBC
Période de diffusion: 16 Décembre 2019 – 11 Février 2020
Diffusion: Lundi & Mardi à 21H30
Site officiel
Casting principal: Lee Sun Kyun (Lee Sun Woong), Jung Ryeo Won (Cha Myung Joo), Lee Sung Jae (Jo Min Ho), Kim Kwang Gyu (Hong Jong Hak), Lee Sang Hee (Oh Yoon Jin), Jun Sung Woo (Kim Jung Woo), Baek Hyun Joo (Jang Man Ok), Ahn Chang Hwan (Lee Jung Hwan), Ahn Eun Jin (Sung Mi Ran), Jung Jae Sung (Kim In Joo), Kim Yong Hee (Nam Byung Joon) et Cha Soon Bae (Choi Tae Joong)

Synopsis : Le drama suit la vie de procureurs surchargés de travail dans une petite province.

Diary-of-a-Prosecutor-Poster2
Diary of a prosecutor

Les dramas légaux ne sont pas rares à dramaland cependant Diary of a prosecutor est original par son traitement. En effet, vous ne trouverez pas dans celui-ci de procureurs affrontant de cruels antagonistes ou se battant pour révéler la vérité sur une affaire qui les hante depuis trop longtemps. Non, vous partagerez plutôt la vie quotidienne de procureurs surchargés de travail. Diary of a prosecutor est avant-tout un récit tranche-de-vie.

Le drama ne présente pas de fil rouge continu mais suit vraiment le quotidien de procureurs. Les affaires sont épisodiques néanmoins certaines personnes sont retrouvées par la suite. Les procureurs ont beaucoup d’affaires en cours comme le montre les piles de dossiers qui encombrent leurs bureaux. Par ailleurs, le drama se passe majoritairement dans les locaux du ministère public, que ce soit dans les bureaux respectifs de chaque procureur, dans la salle de réunion ou dans une salle d’interrogatoire. Lorsque les procureurs ne sont pas sur leur lieu de travail, nous pouvons les voir partager le déjeuner ou boire un coup après leur journée ce que l’on peut considérer comme une extension de leur travail. De toute façon, ils ne parlent quasiment que de leurs affaires lors de ces repas.

Les cas traités sont très variés et couvrent diverses juridictions criminelles. Certains sont plus intenses que d’autres et ont des répercussions différentes cependant chaque cas est jugé important. De nombreux thèmes sont ainsi abordés : la violence domestique, le harcèlement sexuel, l’escroquerie, la violence scolaire, les jeux d’argent, les disputes de voisinage, le meurtre, etc. Dans ces affaires, les paroles de toutes les personnes impliquées sont entendues : la victime, l’agresseur, les témoins et le procureur. Chacune a des motivations personnelles et la vérité peut parfois être difficile à trouver. De plus, chaque procureur est un être humain et est influencé par son vécu pour rendre son verdict. Il peut par exemple se trouver des points communs avec la victime. Cela peut aussi simplement être son caractère qui le fait pencher d’un côté de la balance. Chaque assaillant peut donc être puni plus ou moins sévèrement. Cependant, chaque peine est simplement proposée par un procureur et supervisée par son supérieur. En outre, ce sont les juges du tribunal qui prendront la décision finale après avoir écouté la défense et l’accusation.

Le drama présente plusieurs aspects de la société coréenne à travers les différents cas qu’il aborde tels que la vision des mères travailleuses ou de l’équité au travail. Il prend aussi parti envers les victimes sans toutefois toujours repousser les coupables. Ceux-ci sont évidemment condamnés mais certaines possèdent des circonstances atténuantes qui leur permettent d’être pris en compassion. Par exemple, une femme a tué son mari alors qu’elle a été maltraitée par celui-ci durant tout leur mariage. Le procureur en charge du dossier fait tout son possible pour que la peine soit la plus légère possible. Un autre cas m’ayant marquée est celui d’un harcèlement scolaire impliquant le fil d’un procureur. Celui-ci est l’agresseur et son comportement n’est pas pardonné comme si aucun mal n’avait été fait. De plus, le procureur n’abuse pas de sa position pour que son enfant retienne la leçon. Diary of a prosecutor prend donc position et s’avère aussi un commentaire social.

Diary-of-a-Prosecutor-pic1
De gauche à droite : Kim Jung Woo, Oh Yoon Jin, Lee Sung Woong, Cha Myung Joo, Hong Jong Hak, Jo Min Ho

L’autre titre du drama est War of prosecutors. Cela peut notamment se traduire par la guerre que se mènent Lee Sun Woong et Cha Myung Joo. Le premier est heureux de travailler à Jinyoung d’où il est originaire. La seconde est accomplie, assurée et très ambitieuse ; elle a été transférée de Séoul après s’être attaquée à quelqu’un de trop puissant. S’ils se détestent d’emblée, ils apprennent peu à peu à travailler ensemble quand ils ne se piquent pas les dossiers. Ils ne sont d’ailleurs pas bien différents l’un de l’autre… Lee Sung Woong fait confiance aux gens et leur accorde du crédit tout en prenant son temps pour enquêter. Cha Myung Joo ne délaisse aucun cas tout en travaillant rapidement et avec efficacité. Ils sont très droits et vont jusqu’au bout de leurs idées dans leur travail. Cha Myung Joo est peut-être un peu plus astucieuse que Lee Sung Woong, arrivant à son objectif par des moyens détournés, alors que lui fonce tête baissée.

D’autres procureurs font partie de cette équipe. Oh Yoon Jin est mère de deux jumeaux en bas âge qu’elle élève avec sa belle-mère. Son mari est lui aussi procureur, travaillant dans une autre région. Hong Jong Hak est une personne très stressée, avec un bon tempérament mais sans beaucoup de charisme. Kim Jung Woo est le débutant, il est passionné de jeux vidéos et de son réseaux social Instagram. Il rêve aussi d’avoir une petite amie. Leur superviseur direct est Jo Min Ho, un divorcé qui essaye de paraître plus jeune qu’il n’est. Ce dernier rend des comptes à Kim In Joo qui dirige les deux équipes de l’accusation. Leur chef est une personne intègre et respectable qui toutefois fera des choix que certains procureurs ne comprendront pas.

Les procureurs sont aidés par des enquêteurs et des assistants. Jang Man Ok est l’enquêtrice de Lee Sung Woong. Très respectée, elle connaît beaucoup de choses et est un atout indéniable pour quiconque. Lee Jung Hwan, très consciencieux, est sous les ordres de Cha Myung Joo. Sung Mi Ran, très rigoureuse, est d’abord l’assistante de Lee Sung Woong avant d’être mobilisée par Cha Myung Joo à son arrivée (tout comme Kim Jung Woo dont le tuteur était Lee Sun Woong). Ils sont tous très investis dans leur travail.

Les nombreux personnages ont tous le droit à un développement. Les procureurs sont pour la plupart présentés lors d’une affaire les impliquant émotionnellement. Même si les cas sont le sujet principal du drama, leur vie personnelle est aussi explorée, que ce soit les relations familiales ou amoureuses. Je me suis facilement attachée à toute cette petite équipe. Chaque personnage est complexe et possède ses propres caractéristiques, même les plus secondaires. Si ceux de Lee Sung Woong et Cha Myung Joo sont évidemment les plus développés, les autres ont aussi le droit à leur intrigue. D’ailleurs, les personnages principaux étant les procureurs sont parfois moins développés que les secondaires. En effet, les premiers sont surtout présents par leur cas alors que les seconds existent aussi par leurs histoires personnelles.

Lorsque Cha Myung Joo débarque à Jinyoung, elle ne pense qu’à repartir. Elle ne veut pas s’investir émotionnellement. Elle se sent supérieure aux procureurs présents ; elle prend en charge leurs cas non résolus tout en effectuant sa propre charge de travail – avec succès. J’ai beaucoup aimé la voir s’intégrer. Le processus est très long mais si fructifiant. Elle s’est peu à peu ouverte aux autres. Cela se voit notamment lors des repas en équipe – quasiment tous les déjeuners. Ils parlent de leurs cas en cours et partagent leurs opinions. Dans un premier temps, elle reste bouche fermée en écoutant. Peu à peu, elle semble vouloir parler à plusieurs reprises mais ne prononce aucun mot. Ce n’est que dans les derniers épisodes qu’elle ouvre enfin la bouche pour dire ce qu’elle pense. Elle sympathise avec ses collègues et se montre tout aussi curieuse qu’eux bien que plus refrénée.

Le drama se montre très plaisant à suivre. Il m’a directement impliquée avec des personnages intéressants et des affaires très variées. De plus, j’ai appris de nouveaux éléments sur le fonctionnement de la justice coréenne et des procureurs. Ils changent très souvent d’endroit d’exercice au gré des différentes vagues de mutation. J’ai aussi aimé me retrouver loin de Séoul même si les lieux ne s’éloignent jamais vraiment des bureaux des procureurs. Le drama est plutôt sérieux mais il propose aussi de l’humour à travers diverses situations. Il distille plein de détails qui servent à plusieurs reprises – cette règle de charpentier – et il fait confiance à son spectateur pour en saisir toutes les subtilités (pas de flashback ou de plans très centrés par exemple). J’ai commencé ce drama pour cette tranche-de-vie promise et son casting prometteur et j’en ressors absolument ravie. J’adore Lee Sun Kyun et Jung Ryeo Won depuis longtemps et ils livrent encore une fois une prestation exceptionnelle. Lee Sung Jae, Lee Sang Hee et Kim Kwang Gyu ne me sont pas inconnus. Je découvrir avec plaisir Jeon Sung Woo, Ahn Eun Jin, Ahn Chang Hwan et Baek Hyun Joo.

Teaser :

Ressenti : ★★★★★

Ce drama tranche-de-vie m’aura fait vivre de passionnantes histoires avec une sympathique équipe de procureurs.

7 commentaires sur “[Avis global] Diary of a prosecutor

  1. Yaaaay !!! Ca fait plaisir de voir toutes ces étoiles à la fin :’)
    L’épisode 1 m’avait plu, et lire en détails comme toute la suite est encore meilleure, bah, ça fait plaisir. Et bien sûr LSG et JRW ne déçoivent jamais ♥ Moi aussi je veux voir poupette s’ouvrir lentement mais joliment aux autres :’D

    J'aime

    1. Il les mérite amplement. ♥ J’espère que le drama te plaira autant qu’à moi.
      Les deux derniers épisodes sont un régal pour voir le personnage de Cha Myung Joo s’ouvrir. ❤

      J'aime

  2. Hello ! super article !
    J’ai l’impression qu’il y a de plus en plus de dramas « Tranches de vie » et c’est une super nouvelle (je pensais à Black Dog notamment qui se passe dans le milieu des enseignants et qui est sorti en début d’année ou même Money Game dans le milieu de l’économie).

    Il me donne vraiment envie, même si de base, je ne suis pas trop fan des dramas légaux. mais comme tu dis, celui-là est différent. En même temps, j’avais beaucoup aimé Miss Hammurabi qui avait ce côté « tranche de vie ».

    De plus, qu’est ce que je ne ferai pas pour réentendre la voix de Lee Sun Kyun !! *-*

    J'aime

    1. Je ne sais pas s’il y en a plus ou pas mais si c’est le cas, c’est une bonne nouvelle ! ^^ Black Dog est dans ma liste tout comme Money Game, j’ai hâte d’avoir le temps de les visionner. Le premier me tente plus, pour le milieu enseignant et pour le casting. ^^
      Ah je suis en train de regarder Miss Hammurabi justement et j’adore ! 😀
      La voix de Lee Sun Kyun ! *w* Je ne l’ai pas dit dans mon article mais il est aussi narrateur dans beaucoup d’épisodes…hehe

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s