Avis·Films·Les femmes coréennes dans la production audiovisuelle

[K-Movie] The recipe

Therecipe-poster
The recipe

Titre original: 된장 / Doenjang
Pays: Corée du Sud
Genres: Mystère, Romance, Drame, Nourriture
Durée: 107 minutes
Sortie: 21 Octobre 2010
Réalisatrice: Lee Seo Goon
Scénaristes: Lee Seo Goon, Jang Jin, Bae Se Young
Producteurs: Kim Jin Young, Jin Jang, Choi Tae Young
Compositeur: Han Jae Gwon
Directeur de la photographie: Na Hui Seok
Compagnie de production: Film It Suda
Distribution: CJ Entertainment
Casting principal: Ryu Seung Ryong (Choi Yoo Jin), Lee Yo Won (Jang Hye Jin), Lee Dong Wook (Kim Hyun Soo), Jang Joon Nyoung (Goo Jin Man)

Sur le point d’être exécuté, les derniers mots d’un condamné à mort sont : « J’aimerais manger du doenjang jjigae. ». Ce plat épicé est un ragoût de pâte de soja fermenté. Le producteur de télévision Choi Yoon Jin s’intéresse à cette histoire et fait des recherches pour un reportage. Il trouve le restaurant où cet homme a mangé ce plat, et surtout, où il a été arrêté. En effet, le ragoût était si délicieux que le tueur en série a oublié qu’il était en cavale. Le journaliste continue ses recherches et découvre qu’une femme, Jang Hye Jin, est à l’origine de ce merveilleux plat.

therecipe-pic1

Le reportage sur le condamné à mort prend alors une autre direction : retrouver Jang Hye Jin et découvrir la recette de ce fabuleux ragoût de pâte de soja fermenté. En effet, la jeune femme n’était que de passage dans ce restaurant et lorsqu’elle est partie, personne n’a gardé un moyen de la contacter. Le nom du film prend alors tout son sens, Doenjang en version originale, qui est le nom du plat. La traduction The recipe est bien choisie puisque la recette est au cœur du film.

Je vous avoue que je ne savais pas trop à quoi m’attendre en commençant ce film mais certainement pas à ce que j’ai vu. Le résumé parlait d’un détenu prononçant les mots cités plus haut mais il sert juste à lancer l’intrigue du film. Le sujet principal est vraiment cette recette. Cependant, elle cache une autre histoire, celle de la romance dramatique entre Jang Hye Jin et Kim Hyun Soo. J’avais aussi regardé le casting du film avant de le commencer et l’arrivée tardive des deux autres protagonistes m’a surprise. Jang Hye Jin n’apparaît qu’à la seizième minute, lorsque les recherches de Choi Yoo Jin le mènent à quelqu’un qui lui parle d’elle. Mais ce n’est qu’à la soixantième minute qu’apparaît Kim Hyun Soo ! Soit plus de la moitié du film ! J’ai donc trouvé le temps assez long pendant la première partie du film, certainement en partie parce que je m’attendais à autre chose. Toutefois, la seconde partie rattrape largement cela en proposant une jolie histoire d’amour – certes tragique – et une résolution intéressante aux mystères amorcés dans la première partie.

Choi Yoo Jin part ainsi à la recherche de Jang Hye Jin. En menant son enquête, il découvre peu à peu d’infimes détails. Il va d’un lieu à un autre, d’une personne à une autre, ce qui n’est pas forcément passionnant. Les personnages sont interviewés, certains sont des scientifiques et parlent des molécules contenues dans le ragoût, d’autres sont des connaissances, et abordent la personnalité de Hye Jin, que ce soit réel ou fantasmé. Quelques secrets de la recette lui sont révélés : un sel particulier est utilisé, tout comme l’eau et les haricots. Ils ne sont pas cachés au reste du monde mais un long processus est nécessaire pour obtenir la saveur souhaitée. Mais ce n’est pas tout. La fermentation est un élément clé de la recette comme un mystérieux ingrédient. Tout comme les éléments naturels tels que le soleil, le vent, le bruit des criquets…

Tout en découvrant ces informations, il apprend aussi des choses sur Jang Hye Jin. Cette jeune femme est très silencieuse. Sa mère était propriétaire d’un restaurant de ragoût à base de pâte de haricots et lorsqu’elle est décédée, sa fille a décidé de continuer sur cette voie. Pour cela, elle est en partie en quête du secret de sa recette. Elle a rencontré Kim Hyun Soo, le petit-fils d’un riche propriétaire d’un vignoble originaire du Japon. Une jolie romance naît entre eux deux, passionnés par leur fabrication respective, l’un de son vin, l’autre de son ragoût, même si elle est menacée par la famille de Kim Hyun Soo. Jang Hye Jin veut faire goûter son ragoût à ce dernier mais un long temps de préparation (plusieurs mois) est nécessaire, pour réunir tous les ingrédients et qu’ils soient parfaits.

Le film est donc une longue enquête pour percer les secrets de cette recette mystérieuse. A la fin, ils sont connus mais du mystère persiste notamment autour de Kim Hyun Soo. Son surnom est 도깨비 soit dokkaebi, un gobelin. Pendant les fêtes du village, il portait un masque de gobelin comme celui ci-dessus. Dans le folklore coréen, le gobelin est une créature farceuse possédant des pouvoirs surnaturels et protégeant des objets ou des lieux des humains mal intentionnés. La fin est donc laissée à l’interprétation du spectateur, était-ce seulement un rêve ?

Le film raconte une histoire simple sublimée par la nourriture. L’enquête révèle une histoire d’amour où le partage, notamment de ce plat qu’est le doenjang, est au centre. Si le début ne m’a pas enthousiasmé, j’étais tout de même curieuse d’en découvrir plus sur ce plat. Mais c’est voir la romance entre Hyun Soo et Hye Jin qui m’a le plus plu. La réalisation permet de montrer des paysages de campagne et des préparations culinaires réalisées avec passion. Chaque doenjang préparé par Hye Jin est divin et cela se voit par la façon dont s’est filmé. Par exemple, le criminel est arrêté dans un paysage hivernal, avec de la neige qui tombe. Il est en train de manger de façon normale pendant que les policiers accourent autour de lui en slow-motion. Les effets spéciaux m’ont par contre fait rire, lorsque l’on voit par exemple un personnage voler car il est transporté par l’odeur du plat. Une séquence d’animation est insérée à l’intérieur du film, racontant l’histoire d’un autre personnage, lié à Hye Jin. J’ai bien aimé la façon dont cela est raconté.

Ressenti : ★★★☆☆

Trailer :

6 commentaires sur “[K-Movie] The recipe

  1. « En effet, le ragoût était si délicieux que le tueur en série a oublié qu’il était en cavale. »
    Ah uwais, quand même ! Sacrée ligne à mettre sur une publicité.
    Il a l’air bien ce film, en tous cas. J’aime beaucoup les screencaps en milieu d’article, avec toutes les fleurs.
    Même si tout ne t’a pas autant embarquée, et que le film est apparemment un peu long à démarrer, ça a l’air intéressant et émouvant 🙂

    J'aime

    1. Tellement. Et tu verrais les ralentis de la scène, ils sont excellents pour le montrer ! ^^
      Cet endroit est très chouette. Là, ce sont trois scènes différentes dans les captures d’écran. 🙂
      Oui, le film est intéressant et m’a aussi touchée. ^^

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s