Avis·Films

[K-Movie] I can speak

Titre original: 아이 캔 스피크 / Ai Kaen Seupikeu
Pays: Corée du Sud
Genre: Comédie dramatique
Durée: 119 minutes
Sortie: 17 Septembre 2017
Réalisateur: Kim Hyun Seok
Scénariste: Yoo Seung Hee
Producteur: Lee Ha Young
Directeur de la photographie: You Yok
Compositeur: Lee Dong Joon
Compagnie de production: Myung Films, See Sun
Distribution: Lotte Entertainment, Little Big Pictures
Casting principal: Na Moon Hee (Na Ok Boon), Lee Je Hoon (Park Min Jae)

Voici la première production que j’ai regardée dans le cadre du projet personnalités 2019 mettant ici Lee Je Hun à l’honneur (et premier seul film vu pour le challenge de Rattrapage !). Je ne m’étais pas trop renseignée sur le film avant de le commencer mais j’avais vu que c’était une comédie. Ha ha ! … C’en est en effet une mais il ne faut pas oublier le mot dramatique qui change toute la donne. Au lieu de me retrouver avec un film léger, j’ai fini en larmes devant. Vous êtes donc prévenu(e)s avant de le regarder ! Je n’évoquerai pas ici les raisons du côté dramatique du film car il me semble que c’est un élément intéressant à découvrir par soi-même, la critique sera donc sans spoiler.

Na Ok Boon est une femme âgée connue sous le surnom de « dokkaebi halmeoni » ce qui signifie grand-mère gobelin. Elle vit depuis longtemps dans le même quartier et elle passe la plupart de son temps à remplir des plaintes citoyennes quand elle n’est pas en train de coudre des vêtements pour gagner de l’argent. Les employés du bureau du district l’évitent autant que possible parce qu’elle en remplit toujours plusieurs à la fois. C’est là qu’elle fait la rencontre de Kim Min Jae, un jeune homme tout juste nommé comme fonctionnaire. Il respecte les règles à la lettre et refuse de traiter ses demandes tant qu’elles ne sont pas correctement remplies.

Kim Min Jae est un jeune homme intelligent et studieux qui a dû rapidement travailler pour élever son jeune frère. Ambitieux, il compte évoluer rapidement dans sa carrière de fonctionnaire, quitte à faire des choses peu morales. En dehors de son travail et de ses relations strictement professionnelles avec ses collègues, il n’a pas grand chose d’autre dans sa vie. Il aime son petit frère mais leur relation est un peu conflictuelle, celui-ci étant dans une phase rebelle tandis que l’aîné agit comme un parent qu’il n’est pas. Les premiers contacts de Kim Min Jae avec Na Ok Boon ne se passent pas très bien mais ils vont finir par développer une belle amitié.

Icanspeak-pic1

Na Ok Boon cherche à apprendre l’anglais. Le centre de séniors n’est pas adapté à ses besoins car elle n’y apprend plus rien et les académies spécialisées ne le sont pas non plus car elle n’y a pas sa place, tous les étudiants sont très jeunes et tout va trop vite pour elle. Elle apprend alors par elle-même mais elle a besoin d’un professeur qu’elle trouve en la personne de Kim Min Jae. S’il refuse tout d’abord, après certaines circonstances, il va finir par accepter. Les leçons d’anglais sont entrecoupées par des repas fait maison, dégageant beaucoup de chaleur pour Kim Min Jae et son frère. Na Ok Boon et Kim Min Jae développent alors une étrange amitié qui se rapproche beaucoup d’une relation familiale. En l’espace de quelques semaines, ils construisent une touchante relation qui est visible à l’écran.

La raison pour laquelle Na Ok Boon apprend l’anglais est parce qu’elle a quelque chose à raconter d’où le titre « I can speak ». A travers ce sujet, le film aborde un pan de l’histoire coréenne. Le récit est très émouvant malgré quelques rebondissements de dernière minute. Le personnage de Na Ok Boon est central dans le film et il finit par éclipser celui de Kim Min Jae. Je regrette qu’il ne soit pas aussi approfondi qu’elle. En deux heures, le film ne souffre pas de longueur et raconte ce qu’il avait à dire mais il oublie certains éléments amorcés en se concentrant sur l’histoire de Na Ok Boon.

Icanspeak-pic2

How are you?
I’m fine, thank you. And you?

La première partie du film présente une comédie drôle et touchante avec deux personnages développant une relation touchante. Le film bascule dans un ton différent avec la deuxième partie beaucoup plus sombre bien que très émouvante.

Ressenti : ★★★★☆

Trailer :

10 commentaires sur “[K-Movie] I can speak

  1. J’avais repéré ce film, et je voulais le voir, mais ça puait justement le truc qui allait me faire pleurer (comme tu confirmes), du coup j’ai pas encore sauté le pas. Les comédies sud-coréennes que j’ai vues ont tendance à faire un peu ça. C’est rigolo, c’est comme les dramas, elles commencent léger puis BOUM. Pas toutes évidemment, mais j’ai suffisamment été « brûlée » pour faire attention où je mets la main à présent.

    Le film me tente toujours, et puis ton article le fait sembler très bon, mais voui… *méfiance*

    J'aime

    1. Oui, le mélange des genres est fréquent dans les productions coréennes. Parfois c’est indiqué mais des fois c’est surprenant notamment dans les comédies qu’on pense légères. En général, je regarde le genre de ce que je regarde mais j’ai été surprise plus d’une fois ! ^^

      Aimé par 1 personne

  2. Coucou ^^
    J’ai beaucoup entendu parler de ce film et il figure depuis des siècles dans ma wishlist mais comme je regarde peu de films, ce pauvre film n’a pas bougé d’un iota 😉
    Mais du coup, ton article m’a redonné envie de le voir donc je l’ajoute à mes téléchargements imminents même si ce n’est pas le genre de films que j’affectionne mais il me fait toujours autant de l’œil.
    Je le regarderai pour le plaisir et pas forcément pour le challenge 😉 Et puis, du Lee Je Hoon, ça ne se refuse pas ^^
    Merci pour ton article =)

    J'aime

    1. Je comprends, je n’en regarde pas souvent non plus. C’est le premier du challenge et seulement le deuxième film que j’ai vu de l’année.
      Lee Je Hoon est un grand atout ! ^^ J’espère que tu aimeras alors !

      J'aime

  3. Coucou, j’attends de voir ce film depuis longtemps. J’ai pleuré rien qu’en regardant le trailer. Non, très sérieusement !
    Faut dire que la cause des femmes de réconfort me touche énormément. Et je trouve Na Moon Hee attendrissante. J’aime beaucoup cette petite mamie.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s